Les Inspirantes #4 : Joséphine de Tout Sainplement

Dans la catégorie des Inspirantes, aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous faire découvrir Joséphine du blog Tout Sainplement où elle partage un mode de vie simple et éthique.

 

 1. Peux-tu nous parler de ton parcours ? Que fais-tu en ce moment ? Quel métier ou formation pratiques-tu actuellement ? 

J’ai pris une année sabbatique pour apprendre la poterie et la permaculture, deux activités qui me fascinent. J’ai donc fait plusieurs stages de plus ou moins longue durée dans toute la Suisse et j’en ressors grandie, pleine de bonnes (et moins bonnes, aussi) expériences qui m’ont énormément appris.

L’an prochain, je commence une école de commerce, dans le but de décrocher une maturité qui me permettra, après un an de passerelle, d’entrer dans une HEP (haute école pédagogique) et de devenir enseignante en primaire. Si tous ces termes ne vous parlent pas, rassurez-vous ; les systèmes français et suisses sont radicalement différents et je galère aussi pour m’y retrouver quand je discute école et formations avec certains d’entre vous sur les réseaux sociaux…

 

2. Et si tu nous parlais de ta vision de la vie ? 

Je pense que la vie est une expérience. Je crois en la réincarnation, je pense que tout est en perpétuel mouvement, qu’il n’y a rien d’immuable. Tout ce que nous accomplissons pour nous-même dans cette vie forme notre bagage pour plus tard, dans les années et les vies à venir. Nous avons le droit de ne pas toujours être le meilleur de nous-même, nous avons aussi le droit d’échouer. L’important est ce que l’on fait de ces échecs. Il n’y a rien de faux, il n’y a que de mauvaises interprétations. Tout ce qui nous arrive vient pour une raison. C’est ça, globalement, ma propre vision de la vie, qui, elle aussi, est en perpétuelle évolution.

 

3. Peux-tu nous en dire plus sur ton mode de vie ? 

Je vis en Suisse, dans une jolie petite ferme, à l’orée de la forêt, entourée d’animaux. Mes parents ont acheté ce domaine il y a quelques années et je leur suis infiniment reconnaissante de l’enfance qu’ils m’ont permis de vivre. Mon mode de vie est de façon générale assez slow, et je tends à le simplifier encore plus quotidiennement. Mes parents nous ont inculqués, à mes sœurs et moi, beaucoup de belles valeurs. J’ai donc la chance de partir très jeune avec de solides bases… Par exemple, je voue à l’alimentation une importance fondamentale. J’essaie aussi d’être à l’écoute de mon corps, même s’il est parfois compliqué de se respecter dans notre société. J’ai des automatismes et des réflexes au quotidien qui me permettent de respecter davantage notre belle planète et je n’imagine simplement pas vivre autrement. Je m’estime également assez détachée de la société de consommation, je ressens rarement – ça m’arrive, que l’on s’entende – de « besoins » soudains. Bref ; je pense que, bien que plutôt jeune, j’ai déjà fait un bon bout de chemin – et ceci grâce à mes parents aussi. Pourtant, j’ai encore beaucoup à faire pour m’améliorer et c’est quelque chose qui me motive au quotidien et me fait me lever le matin prête à commencer ma journée !

 

4. Quel a été le déclic pour lancer ton blog ? 

J’ai commencé avec Instagram, en postant quelques images de mon quotidien, quand j’étais plus jeune. Ma galerie n’a pas eu beaucoup de succès en terme de chiffres, par contre mon entourage me complimentait souvent. Autour de moi, les gens appréciaient la simplicité joyeuse qui émanait de mes photos. Et puis, petit à petit, j’ai cessé d’alimenter cette galerie, bien que je continuais de photographier tout ce que je voyais. Quelques années plus tard, j’ai ouvert un nouveau compte, un peu sur un coup de tête. Je n’ai rien dit à personne, et je me suis mise à publier quelques instants de mon quotidien. Petit à petit, les gens se sont intéressés, se sont abonnés… Quand je me suis aperçue que, gentiment, toute cette histoire prenait de l’ampleur, je me suis autorisée à penser à un blog (petite, je tenais un blog de critique littéraire ; mais passer des heures chaque semaine à rédiger des articles sans que personne ne les lise, c’est difficile à digérer !). J’ai toujours adoré écrire, les mots me viennent assez facilement. Sur Instagram, je prône un mode de vie plus simple, un retour à l’essentiel, une alimentation respectueuse de soi-même et de la planète… Mais la place que ces sujets occupent sous mes photos est terriblement frustrante pour moi : il y a tant à dire ! Résumer tout cela dans une description de photo me frustrait énormément… Un blog me semble bien plus adéquat pour partager ce genre d’idées plus en profondeur. Ne reste plus qu’à prendre le temps de rédiger au propre cette liste croissante de billets qui attend dans mon cahier !

 

5. Que souhaites-tu faire passer comme message par ton blog ? Et par Instagram ? 

La première personne à qui ces photos sont destinées, c’est moi-même. J’adore l’idée de cet album photo instantané, plein de souvenirs. Je passe souvent du temps à défiler les moments, car chaque photo me rappelle quelque chose et je me souviens souvent de la journée qui lui est associée. Aux personnes qui me suivent, je voudrais juste prouver (pas dans le sens « comptes à rendre », plutôt… comme une sorte de témoignage quotidien, peut-être ?) et faire prendre conscience que l’on peut vivre de peu, loin de la surconsommation devenue banale, plus près des valeurs fondamentales de la vie. C’est aussi, je pense, un moyen personnel pour me le rappeler quotidiennement. Je partage aussi beaucoup de ma vie à la ferme, car tout le monde n’a pas la chance de vivre la vie que je mène, entourée d’animaux. Comme je prends plaisir à suivre les péripéties urbaines de certains d’entre vous, je partage les joies de vivre à la campagne. Je trouve cet échange extrêmement enrichissant et inspirant !

 

6. Où puises-tu ton inspiration et ta créativité ? Comment fais-tu pour les développer ?

Je suis mi-femme mi-éponge : j’ai une capacité d’absorption énorme. A l’école, mes notes étaient excellentes parce que je retiens tout ce que j’entends. J’ai une mémoire presque infaillible (et j’en profite bien), et par la même, tout autour de moi est susceptible de m’inspirer : une balade en forêt, une photo vue sur Instagram, une belle assiette, la forme d’une plante, une lecture, la couleur d’un caillou, une matière effleurée, un motif sur un pull tricoté, une discussion quelconque… Ou même (et le plus souvent)… Rien de particulier. Des flashs, des choses qui me viennent quand je réfléchis. Je n’ai pas de règle – tout m’inspire. Quant à ma créativité, je fais au mieux pour la laisser s’exprimer, même si j’aurais tendance à me laisser submerger par le quotidien. Je fais toujours beaucoup de poterie, j’ai décidé de me mettre sérieusement au tricot, j’écris beaucoup, je photographie tout ce que je vois, je cuisine volontiers et j’aimerais me remettre au piano. Pour développer sa créativité, il n’y a qu’une seule règle : se donner les moyens. Faites, qu’importent les barrières que vous vous mettez ou ce que disent les gens autour de vous. Faites ce qui vous rend heureux, n’ayez pas peur de faire des photos floues ou de bousiller une pelote de laine. Je n’ai jamais pris un seul cours de photo, quand on me parle d’ISO et de focale, j’éclate de rire – on me parlerait chinois, j’aurais plus d’espoir d’y comprendre quelque chose ! L’important, c’est que mes photos me plaisent à moi-même. Qu’importe si les ISO ne sont pas bien réglés.

 

7. Quel est ton état d’esprit quand tu dois te lancer dans l’inconnu ? Qu’est-ce que tu te dis ou fais comme action pour oser te lancer ?

Je n’ai pas beaucoup de confiance en moi. C’est un problème contre lequel  je dois me battre au quotidien. Tout nouveau projet me paralyse et il me faut beaucoup, beaucoup de temps pour accepter de me donner ma chance. C’est mine de rien très handicapant au quotidien, mais je me bats pour prendre les nouvelles opportunités avec plus de légèreté. Du coup, mes indispensables pour tenir le coup sont la lecture pour éviter de trop réfléchir, les huiles essentielles relaxantes, les balades régénérantes en forêt… Et aussi, respecter mes heures de sommeil. Je suis quelqu’un qui dort beaucoup, et si je veux passer une bonne journée il faut absolument que j’aie dormi au moins huit heures, même si je préférerais pouvoir accorder une ou deux heures de plus à mon sommeil. Bref, faire ce qui me fait du bien jusqu’à ce que je me sente apte à me lancer.

 

8. Quelles sont tes habitudes qui d’après toi participent largement à un état d’esprit positif ?

Question difficile. J’ai des jours avec et des jours sans. Mes photos sont très colorées et lumineuses, mais pas forcément représentatives de mon état d’esprit chaque jour. Pour faire déguerpir les nuages quand je sens que la journée commence mal, la première chose c’est de ne pas toucher mon téléphone. C’est simple : une journée où j’ai regardé mon téléphone dans la première heure qui a suivi mon réveil aura un autre goût que si je le laisse tranquille quelques heures. Je fais donc beaucoup attention à ça. Ensuite, j’essaie de me faire plaisir dans chacun de mes gestes : je ne porte jamais une pièce si je ne me sens pas bien et belle dedans, je ne mange que des choses que j’aime… Etant un peu rebelle sur les bords, la réduction d’obligations que j’ai entamée il y a quelques années me permet de me sentir mieux au quotidien et de voir la vie sous un autre angle. Et pour voir la vie plus rose, j’essaie de ne pas donner beaucoup d’importance à ce qui ne me remplit pas. Je me suis fait une sorte de schéma mental qui ressemble à une cible. Au centre, il y a moi et tout autour gravitent des rangs, plus ou moins éloignés. Je suis la seule personne à décider sur quel rang je vais placer telle ou telle chose. Par exemple, la bonne nourriture se placera bien avant mes études, ce qui pourrait sembler complètement irresponsable d’un point de vue extérieur, mais je m’en fiche royalement. Personnellement, ce schéma me permet de garder la tête hors de l’eau quand j’ai l’impression de me perdre et surtout, de relativiser au quotidien.

 

9. Accordes-tu de l’importance à ton bien-être intérieur ? Si oui, de quelle façon ? 

Oui, bien sûr. Par exemple, comme je le disais plus haut, en faisant attention à ne pas dépasser une certaine limite devant les écrans car j’ai remarqué qu’ils avaient énormément d’impact sur ma santé. J’essaie de lire beaucoup, de m’instruire sur les différents sujets qui aident à se sentir bien : méditation, yoga, pensée positive… Je suis aussi quelqu’un de très souriant, je pense que ça aide beaucoup à se sentir bien dans sa peau. Je remarque aussi la différence entre une journée passée dedans ou dehors. J’ai absolument besoin de ma dose d’air quotidienne, et le soleil a le don de me transformer, même si j’adore rester plantée sous une averse. Les balades en forêt sont précieuses pour moi, si je peux prendre les ânesses avec moi c’est encore mieux. Bref, j’ai tout un tas de petites habitudes quotidiennes qui me permettent de me sentir bien. Je suis aussi très attachée à ma petite routine, même si j’éprouve un réel besoin à diversifier mes journées (c’est un peu contradictoire, je l’avoue). En fait, il y a toute une flopée de gestes quotidiens que je suis incapable de lâcher, et en même temps j’adore faire de nouvelles choses, voir du monde et me balader.

 

10. Un dernier petit mot ?

Soyez vous-même, même si c’est dur. Je n’y arrive pas toujours, parfois j’ai envie de me cacher dans un trou de souris. Nous sommes tous des êtres géniaux avec leurs défauts ; nous sommes tous humains. Ce qui nous différencie, ce n’est pas ce que l’on fait ou pas, où l’on vit ou combien d’amis on a, mais ce que l’on est au plus profond de nous. Respectez-vous, ne vous laissez jamais influencer dans un sens qui ne vous inspire rien de bon. Vous seul(e) savez ce qui est bon pour vous. La vie est trop courte pour ne pas se faire confiance et « perdre du temps » (même s’il n’y a jamais de temps fondamentalement perdu) à tenter de plaire aux autres et répondre à leurs exigences 🙂

 

 

J’espère que cette nouvelle interview vous a plus. Je vous laisse découvrir le blog de Joséphine juste  !

 

Qu’avez-vous pensé de cette nouvelle découverte ? 

Pour plus d’interview, c’est par ici #1 #2 #3

 

[Photo de cet article : Copyright Joséphine]

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Fressin dit :

    Très belle inspirante, si elle devient enseignante comme elle le souhaite, je pense que les élèves auront beaucoup de chance d’avoir quelqu’un comme elle.

    Aimé par 1 personne

  2. Joséphine dit :

    Merci Kelly pour cette belle opportunité. Je me sens vraiment très honorée, et un poil intimidée, de faire l’objet d’un article entier. Merci tout plein et longue vie à ton joli blog ❤️

    Aimé par 1 personne

    1. 😍
      C’est avec plaisir Joséphine et merci à toi d’avoir participé à cette interview ❤️

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s